«Pourquoi l’union des droites est une chimère»

«Pourquoi l’union des droites est une chimère»

Plus d’un an après l’élection d’Emmanuel Macron, la disposition des forces politiques n’a pas gagné en précision. Les veilles factions n’en finissent pas de mourir ; les nouvelles peinent à naître. Encore que la politique d’Emmanuel Macron sorte un peu du flou en naviguant insensiblement vers le centre-droit, les règles du jeu demeurent sur bien des points virtuelles. Les Républicains défaits, le Front National discrédité, d’aucuns appellent à sortir des sables mouvants et à profiter de l’incertitude générale pour prendre les devants: réaliser l’union des droites voulue par la base depuis des années en dépassant les divisions factices des partis. La manœuvre est à grands traits assez simple: laisser le centre-droit parasite au Président et réconcilier les conservateurs des Républicains avec le Front National sur la base d’une lutte contre l’immigration pour restaurer l’identité française. Les autres questions – l’Europe, la politique étrangère ou encore l’économie – restent secondaires ou déterminées par cet objectif. Enfin, la désunion serait artificiellement maintenue par le surmoi de gauche qu’imposeraient les nouveaux clercs – journalistes, magistrats, artistes, intellectuels -, renforcés par l’étau mitterrandien «Sos Racisme ou Front National».

Défauts d’analyse

Cette perspective stratégique n’est à un certain niveau pas totalement dépourvue de clairvoyance. Il est évident que l’aile juppéiste des Républicains se trouve bien de la politique menée par le gouvernement Philippe. De toute évidence la distinction de ce centre-droit avec La République en Marche s’explique en dernier ressort par de picrocholines querelles d’appareils et d’obscures stratégies individuelles. Et de l’autre côté, il existe bien une droite identitaire mettant au cœur de ses préoccupations la défense des mœurs françaises.

Le bat de l’analyse blesse néanmoins selon nous en ce que la cartographie des droites contemporaines qu’induit cette stratégie nous paraît grossièrement tracée. En vérité, elle se pense selon un triptyque, un peu similaire à celui établit par René Rémond, plutôt que comme un vis-à-vis entre le centre et la droite.

Commençons par déchirer le voile rhétorique du parti présidentiel dans ses prétentions à transcender le clivage gauche-droite. La volonté de soulager la liberté d’entreprendre des pesanteurs juridiques, de renouveler les anciennes classes politiques par les tenants des secteurs nouveaux de l’économie, le primat de la raison modératrice, l’affirmation renouvelée du pragmatisme, ainsi que la neutralité axiologique sur les questions de société, gages du reste d’une redoutable plasticité, font d’Emmanuel Macron un héritier de la droite orléane pour qui les conflits politiques doivent être dépassés par la raison économique et la compétence technique. Son discours de modernité et d’audace lui est permis en ce qu’il s’appuie sur le capital mobile et les entreprises détteriorialisables, en demi-rupture avec le capitalisme «à la papa» incarnée alors par François Fillon, résidant quant à lui sur les revenus réguliers issus de biens et des industries immeubles, sécrétant logiquement un certain nombre de valeurs conservatrices – la famille, la terre, la prudence, l’obéissance – liées aux structures patrimoniales. Ces deux aspects du capital restent par ailleurs solidaires. Promettre «en même temps» la sécurité et la liberté, subterfuge langagier plutôt que véritable pensée dialectique la plupart du temps, s’applique en revanche étonnamment bien pour couler en un même lit ces deux eaux du capital, permettant sans grands frais à Emmanuel Macron de s’aventurer en terre conservatrice.

Cette droite économique, à son corps défendant la plupart du temps, est donc la première composante dans la géographie politique, et domine au fond le camp conservateur.

La seconde droite est ce qu’on nous appellerions, par souci de ne pas porter à ce point de l’analyse de jugement de valeurs, plutôt qu’extrême-droite, droite culturelle, parce qu’elle met au cœur de son combat politique la défense d’objets culturels constitutifs à leur yeux de l’anthropologie française ou européenne – la religion, la famille, la manière de vivre, la culture élitaire. Le Front National et ses pseudopodes en sont les principaux représentants, dont l’adversaire fédérateur demeure depuis 1972 l’immigration non-européenne et les mutations culturelles subséquentes sur la société française, au premier chef la religion musulmane.

Soulignons qu’en dehors de l’unanimité sur ces questions migratoires, cette droite culturelle est en proie à maintes querelles concernant les autres problématiques. La laïcité, la place de la France dans l’Europe, le libéralisme économique, la place de la région, le domaine de l’État, la politique étrangère, la mémoire collective et, plus largement, le rapport à l’Histoire de France demeurent en son sein de tenaces pommes de discorde. Le composite attelage du Front National en témoigne, qui rassemblait jadis nostalgiques de Vichy et anciens résistants, néo-païens et catholiques traditionalistes, partisans de l’Europe chrétienne intégrée et défenseurs de l’autonomie française, qui sur vingt ans est passé sur le plan économique du reaganisme à l’interventionnisme pour en revenir depuis l’an passé à un entre-deux confus.

On pourrait croire que c’est par défaut de jugement que les unionistes jettent un pudique manteau de Noé sur la question socio-économique. Hormis quelques déclarations de Nicolas Dupont-Aignan, on n’entend guère les autres tenants de la renaissance de la droite – Laurent Wauquiez et Marion Maréchal principalement – s’opposer fondamentalement à la politique économique du gouvernement. À la vérité, rien de plus logique à cela: l’analyse michéenne se révèle une fois de plus d’une acuité impeccable. De même que la nouvelle gauche confond avec d’autant plus d’aplomb le parti des ombres qu’elle-même respecte admirablement les tables de la loi du laissez-faire économique, le conservatisme français n’a jamais été qu’un libéralisme patiné par endroits d’un inoffensif conservatisme qu’Emmanuel Macron, habile communicant qu’il est, saura parfaitement investir si nécéssaire. La droite conservatrice demeure avant tout libérale, et marchande ses prétendues valeurs morales à qui veut bien l’élire. Pour preuve, la politique économique du Président poursuit celle menée par Nicolas Sarkozy, qui n’avait quelques jours avant son élection pas de mots assez durs pour flétrir l’étiolement moral qu’avait introduit la pensée 68 en France. Déjà en remontant les vingt dernières années, les bravades oratoires du RPR et de l’UMP en matière d’immigration, de conservatisme moral ou encore de primauté des intérêts français sur les intérêts européens n’ont pas été suivis d’effets lors des douze années où le parti tenait les principales institutions du pays. De toute évidence, les prises de position actuelles – et au premier chef de celles de Laurent Wauquiez – sont davantage le fruit d’une volonté de différenciation vis-à-vis du Président de la République que d’une vision politique claire des enjeux contemporains. On serait d’ailleurs bien en peine de nommer, à quelques électrons libres près, les fractures foncières qui démarqueraient le groupe La République en Marche des Républicains, tout droitiers qu’ils se présentent, au sein du Parlement.

L’union de cette droite culturelle avec la droite économique, qui bénéficie du rapport de force politique, nous semble en second lieu improbable du point de vue sociologique. Pour un électeur gagné à droite par un discours identitaire, c’est a minima un électeur perdu au centre en plus du risque de se voir exclu du cercle de la respectabilité et des lieux de pouvoir pour les classes supérieures. De plus, comme le montre le report de voix très majoritaire des électeurs de François Fillion sur Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle, un électeur libéral, encore que sensible aux thématiques culturelles, préférera la sécurité économique de la République du centre aux outrances verbales d’un Laurent Wauquiez et aux tête-à-queue du Front National sur les questions monétaires. L’argument vaut aussi bien pour l’électorat catholique, à partir duquel Marion Maréchal semble vouloir forger son tremplin. À en croire l’étude IFOP du 7 mai 2017 pour Pelerin/La Croix, 62% des catholiques (dont 71% des pratiquants réguliers) auraient voté pour Emmanuel Macron contre Marine le Pen au second tour des dernières élections présidentielles. Vouloir par conséquent faire de l’identité catholique un porte-drapeau, c’est ne pas prendre acte de la rupture de la doctrine ecclésiale dont le concile de Vatican II fut l’aboutissement. Le ralliement à la démocratie libérale, le refus de la politisation du sentiment religieux, la stratégie de laïcisation du message chrétien, la défense de la personne humaine – axiome de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme – sont autant de principes qui ont informé les consciences catholiques jusqu’à leur faire préférer la culture du consensus et de la modération aux formations ouvertement et radicalement clivantes.

En troisième lieu, en vis-à-vis de ses deux consœurs, les reliquats de la pensée gaullienne, encore que peu représentée au sein des assemblées, nous semble constituer la dernière pièce de la tripartition, nous apparaît constituer ce que nous appellerions «droite politique» au sens fort. Toujours vivace par la sensibilité d’une partie de la population à l’indépendance de la France vis-à-vis de l’Union européenne, électorat soucieux d’un État interventionniste se dressant contre la division naturelle de la société française, partisan d’une politique internationale active en faveur d’un équilibre des puissances – une partie de la population en somme acquise à la centralité de la question des institutions et de la communauté politique, leviers de la conciliation sociale à l’intérieur et de la puissance à l’extérieur. Plus républicaine que libérale, elle préconise le recours direct et régulier au peuple, compris comme ensemble du corps social, pour vivifier la vie civile et contrer l’ossification naturelle des institutions. Cette perspective de la pratique de la politique l’emmène d’ailleurs à la rapprocher d’une certaine partie de la gauche contractualiste, élément qui, pour mémoire, était déjà fort reproché au Général de Gaulle en son temps par les droites tixiériste et pompidolienne. L’idée que la France ne peut exister que comme geste historique et politique, unifié par l’action de l’État, l’obligeant à refuser la division du peuple par les factions, qu’elles soient politiques, sociales ou culturelles, la met en délicatesse avec les partisans de la régénération culturelle de la nation. Son souci d’originer la légitimité démocratique dans la volonté générale plutôt que la raison publique, ainsi que sa critique fondamentale des institutions européennes et des inféodations transatlantiques lui mettent à dos le centre-droit libéral.

Aussi les vaticinations de la droite «qui s’assume», sans qu’on sache vraiment quelles sont ses zones à défendre si ce n’est une résistance au miroir de la gauche – dans laquelle est incluse la majorité présidentielle – vont-elles à l’encontre des paradigmes du libéralisme et du gaullisme: l’un prétend dépasser le clivage par le gouvernement des individus moteurs de l’économie, l’autre par le recours à un peuple pensé comme mobile et pluriel, mais qui doit trouver dans la représentation institutionnelle et l’incarnation historique la sortie des divisions mortifères. Logique du consensus des intérêts ou de la communauté politique d’un côté, de l’autre, stratégie de la rupture culturelle ouverte.

Dès lors le parallèle évoqué par un Éric Zemmour ou un Nicolas Dupont-Aignan avec l’union de la gauche de 1981 nous semble défaillant, en ce qu’il fait l’économie de paramètres cruciaux. Premièrement, l’union de la gauche voulue par Mitterrand s’est faite parce que l’atmosphère culturelle était à gauche, sur le plan social et culturel, et enveloppait toutes les strates de la société, comme le gaullisme en son temps. Il existait entre les socialistes et les communistes des pans de contact idéologique d’envergure, des passerelles, de vastes espaces communs de politisation. L’endiguement des excès du système capitaliste, l’amélioration des conditions de vie, la prise en compte, amorcée par le Président Giscard d’Estaing, de l’évolution des mœurs pouvaient trouver une substance dans l’établissement de mesures concrètes, à savoir la nationalisation de certains secteurs bancaires et industriels, la cinquième semaine de congés payés, l’abolition de la peine de mort entre autres. Contrairement aux demandes diverses et contradictoires des électorats de droite aujourd’hui, il existait sur ces points une différence de degré dans les aspirations des électorats de gauche dont le programme commun de 1972 fut le point d’équilibre, non sans force discussions et querelles, soit dit en passant. Tout cela pouvait constituer un horizon de société désirable pour une majorité de citoyens, ce que la lutte contre l’immigration, seul point d’Archimède d’une possible union des droites, ne saurait être.

D’aucuns vont chercher d’autres séquences historiques encore pour trouver l’inspiration d’un rassemblement des droites. Il est vrai que l’union des droites est un vieux rêve depuis la Troisième République, et a même été tentée par deux fois.

Une première fois à la naissance de la République de 1873 au 16 mai 1877, lorsque Mac-Mahon tenait la Présidence. Les bonapartistes étaient alors désireux de mettre le petit prince à la tête de l’Empire, les légitimistes voulaient le trône pour le comte de Chambord et les orléanistes s’inquiétaient de restaurer une monarchie constitutionnelle qui freinerait les aventures d’un pouvoir républicain soumis aux vents des classes laborieuses. La morale de l’histoire: leurs idéologies étaient si hétérogènes que, malgré toutes les incantations, l’union resta de fait lettre morte, le ralliement des modérés à la République aidant.

La deuxième véritable union des droites, quoi qu’on en veuille, ce fut l’État français qui la proposa. La «dictature pluraliste» du Maréchal Pétain permit à toutes les tendances de droite d’accéder au résidu de pouvoir qui restait à la France: les néo-légitimistes maurassiens inspirant la Révolution nationale, les émules fascisantes du bonapartisme nées de la rencontre de l’anti-capitalisme et des mouvements antiparlementaires, ainsi que la technocratie planiste héritière de l’orléanisme qui put, pendant la suspension des procédures démocratiques, accomplir les restructurations administratives qu’elle désirait depuis la fin de la Grande Guerre, et qui fut d’ailleurs, faute de remplaçante, recyclée par tous les gouvernements d’après-guerre.

Le rappel historique nous apprend une chose: une synthèse des droites a toujours été un amalgame baroque et évanescent résultant d’un effondrement de l’Etat permettant un appel d’air de fractions hétérogènes qui ne se solidarisent que par la désignation d’ennemis désignés: la confédération des destructeurs supposés de la nation française. Une fois la passion essoufflée, les institutions redressées, la fragile coalescence se désagrège, et le rassemblement des droites apparaît alors comme le symptôme et la conséquence d’un affaissement national.

La renouveau de la droite malgré tout?

La perspective que nous adoptons ici va de toute évidence en défaveur d’une union des droites qui ne peut aboutir qu’a un syncrétisme éphémère et dangereux. Pour autant, tout ne nous semble pas perdu pour une certaine idée de la droite, si tant est qu’il faille absolument la relever au vu de la médiocrité de son bilan gouvernemental comme des visions de la France et du Monde qu’elle propose. Encore faut-il la définir.

La thèse d’Alain-Gérard Slama nous semble la plus pertinente, selon laquelle être de droite est avant tout une humeur, une psychologie qui se dresse contre la fragmentation du monde moderne. Définir la droite en ces termes permet de rendre compte assez finement des projets politiques de droite depuis la chute du Premier Empire. Parmi lesquels la restauration des totalités hiérarchiques comme la famille, la religion, l’État, l’Ancien Régime qui protège l’individu et le prévient contre sa propre tyrannie, l’émergence à l’issue du dialogue des intelligences d’une raison publique aussi objective que possible pour obvier aux affres des passions politiques, la cautérisation des plaies civiles par la volonté de l’État incarnant la continuité historique et la cohérence sociale. Mais aussi un certain nombre d’affects persistants: le désir irénique de réduire totalement l’abîme du social dans la fraternité nationale, le culte aveugle de la raison qui débouche sur le refus des alternatives, ou pire, la haine contre les éléments que l’on perçoit comme la cause de désagrégation culturelle. Il semble que de penser l’affect de droite comme la restauration d’une unité perdue permette de donner une cohérence conceptuelle à ces percepts et projets politiques.

Cela étant posé, quelles sont à l’heure actuelle les failles à combler, les unités à restaurer? La faille de la société française est double: l’étiolement du continuum socio-géographique sanctionné par le niveau d’étude entre les classes populaires et bourgeoises d’une part, l’absence grandissante du sentiment d’appartenance commune entre la France des banlieues et le reste de la population deuxièmement. Il y aurait des nuances à faire. Reste que les logiques électorales actuelles cherchent, au mieux, à unir deux de ces trois France contre ou malgré la troisième. Union des périèques de toutes origines contre la classe possédante qui jouit d’un jeu économique faussé pour la gauche radicale, front des populations blanches – bourgeoises conservatrices et populaires – contre l’islamisme et ses relais conscients ou objectifs pour la droite culturelle, alliance enfin des métropolitains progressistes avec les populations immigrées au sein du biotope économique désormais bien connu des métropoles mondialisées au détriment du reste du territoire – autant de stratégies ouvertes ou couvertes par voie de conséquence, du «eux» contre «nous».

Il est évident que l’idéal unanimiste – du Sacre de 1494 à la «France Résistante» – demeure pour partie une fiction. D’ailleurs, qui de raisonnable voudrait se concilier à tout prix les fanatiques religieux ou les racistes incurables qui, quoi qu’ils en aient, n’entendent pas ce qu’est l’honneur de notre pays ou encore – bien qu’on ne les mette bien entendu pas sur le même plan moral – les zélateurs cyniques de la mondialisation néolibérale dont les structures mêmes produisent la violence sociale et les divisions que nous déplorons?

Le discours d’une droite rénovée serait de faire une distinction entre un «nous» qui comprendrait toutes bonnes volontés prêtes à retisser un sentiment social et culturel de communauté politique, autour notamment des questions de souveraineté, et la désignation des ennemis qui comprend les agents de la dissolution nationale – islamistes et identitaires -, celle des adversaires à un moindre niveau, soient les superstructures économiques qui frayent la voie aux conflits civils ainsi que les cadres européens actuels qui paralysent toute action publique de redressement. Aussi la souveraineté politique doit-elle s’aborder par le détour du social, et ce de manière très précise, sur des points aussi clivants que la régulation du système bancaire, des contrôles des capitaux et des outils dont l’indépendance monétaire et juridique permettrait de se doter.

Même si, au vu de l’histoire, le phénomène bonapartiste bien compris ne prend lieu qu’au sortir d’un contexte de délitement généralisé de la nation, il ne faut pas moins jeter le pont qui nous permettra de traverser la rivière le moment venu pour éviter que la désunion sociale et culturelle n’en vienne à plonger le pays dans de douloureuses périodes.

Il nous suffira, en guise d’avertissement final à ceux qui sacrifient la lutte politique aux chimères de l’identité, de citer le discours de Phillipe Séguin du 5 mai 1992 pour savoir à quoi s’en tenir:

«On parle de l’identité lorsque l’âme est déjà en péril, lorsque l’expérience a déjà fait place à l’angoisse. On en parle lorsque les repères sont déjà perdus! La quête identitaire n’est pas une affirmation de soi. C’est le réflexe défensif de ceux qui sentent qu’ils ont déjà trop cédé. En ne nous laissant que l’identité, on ne nous concède donc pas grand-chose, en attendant de ne plus rien nous concéder du tout!».

Le projet identitaire ne peut à terme finir qu’en vaste kermesse totémique, où la contre-révolution rencontrera la société du spectacle la plus régressive, où, en compensation du pouvoir perdu, l’on produira les sèches images d’un passé fantasmé à défaut de retrouver les voies de la grandeur. Le Puy du Fou ou l’Histoire de France: la droite devra faire son choix.

http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2018/06/25/31001-20180625ARTFIG00270-pourquoi-l-union-des-droites-est-une-chimere.php