Macron en bretagne des élus gaulliste interpellent le Président

Macron en bretagne des élus gaulliste interpellent le Président

« Monsieur le Président, les Bretons ont des choses à vous dire. » C’est par ces mots que quatre élus bretons gaullistes du collectif Oser la France interpellent le président de la République, à l’occasion de sa venue en Bretagne.

Demain mercredi et jeudi, Emmanuel Macron sera en visite en Bretagne, d’abord dans les Côtes-d’Armor et dans le Finistère. Avant sa venue, des élus bretons (président(e) s de la Région Bretagne, des départements bretons, des intercommunalités, et des membres de la Conférences des territoires), lui ont adressé une lettre ouverte.

« Les Bretons ont une parole singulière qu’il vous faut entendre »

Un collectif de quatre élus bretons « Oser la France » (collectif d’inspiration gaulliste lancé par le député du Vaucluse et ex-prétendant à la présidence des Républicains, Julien Aubert, pour « participer à la refondation de la droite ») lui a également écrit.

« Depuis le début de votre mandat, on retient quelques expressions phares dans votre bouche : la « start-up nation », la théorie du premier de cordée qu’il faudrait privilégier et enfin, plus récemment, le « pognon de dingue » que l’on met dans l’action sociale. Sur ces trois points, les Bretons ont une parole singulière qu’il vous faut entendre », écrivent Gurval Guiguen, conseiller municipal de Rennes, Marie-Hélène Herry, conseillère départementale du Morbihan et maire de Saint-Malo-de-Beignon, Nicolas Lormel, conseiller municipal de Lamballe, et Stéphane de Sallier-Dupin, conseiller régional de Bretagne et conseiller municipal de Lamballe.

« Votre fascination pour la nouvelle économie »

« Loin de renier l’intérêt des start-up, les Bretons sont des Français très concrets et qui craignent que votre fascination pour la nouvelle économie vous fasse oublier l’économie matérielle. Nous, Bretons, donnons plus souvent un caractère collectif aux aventures économiques, notamment à travers les belles aventures coopératives, mais aussi via les entreprises familiales ou l’expérience associative. Et si la théorie du premier de cordée est un autre nom pour celle du ruissellement, nous la refusons. Ni notre économie, ni notre territoire ne peuvent être le fruit du travail de quelques leaders économiques ou territoriaux dont bénéficierait une masse passive. Ce n’est pas comme cela que « ça marche ». En Bretagne, nous avançons ensemble, solidairement. »

Désenclavement routier, ferroviaire, aéroportuaire ou numérique

Ces quatre élus bretons disent au président de la République l’attendre « dans les domaines du désenclavement routier, ferroviaire, aéroportuaire ou numérique. Sur ces points, nous attendons des engagements ».

« Un pognon de dingue » ? Une provocation facile

Ils rappellent aussi à Emmanuel Macron que la Bretagne s’est « toujours refusée à considérer que les plus modestes, les plus pauvres, les accidentés de la vie, étaient un poids pour la société. La dénonciation du « pognon de dingue » est une provocation facile et sans doute injuste. Il est vital d’être solidaires et de lutter contre tous les décrochages, qu’ils soient sociaux ou territoriaux. »

L’article en intégralité ici : https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/macron-en-bretagne-des-elus-gaullistes-interpellent-le-president-5832478